Le projet de Médecins du Monde Suisse priorise la prévention, la prise en charge et la sensibilisation. Nous participons à l’amélioration de l’accès à la santé sexuelle et à la diminution de toutes les violences basées sur le genre. Dans les établissements scolaires, les commissariats ou encore les hôpitaux, nous soutenons nos partenaires locaux dans l’éducation et les messages de prévention.

Dans le centre d’hébergement de Petit-Goâve, les filles et les jeunes mamans sont accueillies et logées. Cet espace offre un toit, des soins et une écoute confidentielle. A l’abri des regards, ce lieu accompagne les victimes et leur entourage.

35% des femmes, soit plus d’1 sur 3, ont été exposées à des violences physiques ou sexuelles.

Les activités mises en œuvre mettent en avant la communauté via le partenaire local reconnu et respecté à Petit-Goâve et Grand-Goâve. Cette approche favorise les aptitudes individuelles et encourage l’autonomisation des populations.

L’Espoir des femmes haïtiennes, un partenaire privilégié

Pour favoriser un impact fort et direct, Médecins du Monde a choisi de renforcer la société civile. Créée il y a 16 ans à Petit-Goâve,  l’Espoir des femmes haïtiennes (EFH) travaille activement auprès des communautés dans la prise en charge des cas de violences sexuelles ou domestiques, la prévention des IST et la formation professionnelle.  Cette association locale compte environ 1500 membres répartis dans toutes les sections communales de la région. EFH a notamment réussi, grâce aux cotisations de ses membres, à mettre en place un système de coopératives permettant de financer ses activités et coordonne également un centre d’hébergement où sont accueillies des victimes de violences et leurs enfants.

La santé sexuelle, un sujet tabou

Dans un pays où 11% des adolescentes ont déjà un enfant et dont deux tiers des naissances chez les femmes de moins de 20 ans ne sont pas désirées, la nécessité de renforcer la médecine préventive chez les plus jeunes est une priorité.

En Haïti, les traditions et les croyances religieuses exercent une très grande influence sur le comportement de la population en condamnant souvent l’éducation à la sexualité et toute utilisation de moyens contraceptifs. Les tabous sur la santé sexuelle sont très forts et les adolescent.e.s obtiennent très peu d’informations fiables sur ce sujet et n’osent pas en faire la demande.

Si le problème des violences basées sur le genre dans le pays reste assez opaque et donc difficilement quantifiable, sa présence est réelle et touche toutes les classes sociales : 30% des femmes haïtiennes déclarent ainsi avoir subi des violences physiques et 15% des violences sexuelles.

L’absence de maîtrise de sa sexualité et de sensibilisation au genre  a un impact très visible sur la santé des jeunes et sur une bonne intégration dans la société. Par exemple, l’arrêt de la scolarité chez les filles-mères est un facteur d’inégalité économique persistante.

Médecins du Monde, un engagement sur la durée en Haïti

Présente depuis 1995 dans la région goâvienne, département de l’Ouest d’Haiti, Médecins du Monde Suisse a accompagné l’Unité Communale de Santé (UCS) de Petit-Goâve en coordonnant des projets en accord avec les politiques nationales de santé. Active notamment dans le domaine de la malnutrition, MdM Suisse a été un acteur clef dans la gestion de l’Unité de Stabilisation Nutritionnelle (USN) de Petit-Goâve et a appuyé de nombreuses années le volet de la santé communautaire en zone goâvienne. La santé sexuelle et reproductive et la santé de l’enfant ont toujours été au cœur des projets menés par les équipes pluridisciplinaires de Médecins du Monde dont l’un des principe d’action repose sur le renforcement de la gouvernance locale.

Suite aux catastrophes naturelles et sanitaires qui ont secoué le pays ces dernières années – le tremblement de terre en 2010 ou l’ouragan Matthew en 2016, Médecins du Monde Suisse a également coordonné des projets d’urgence axés principalement sur la réhabilitation de structures sanitaires et la prise en charge du choléra.

A Petit-Goâve, MdM Suisse partage ses bureaux avec MdM Espagne et MdM Canada et collabore avec ces deux sections sur la thématique de la santé de la reproduction et la prise en charge des violences.

Une population privée de tout

Les crises politiques incessantes, illustrées encore récemment par les nombreuses manifestations violentes, ont continué d’affaiblir une gouvernance haïtienne mise à mal par la corruption et l’interventionnisme de la communauté internationale. Les ravages suite au passage de l’ouragan Matthew en octobre 2016 ont également fait resurgir les difficultés économiques et sociales d’un pays qui vit toujours dans une précarité silencieuse.

Avec une espérance de vie estimée à 63 ans et un taux d’alphabétisation qui ne dépasse pas la moitié de sa population, Haïti se classe 163ème pays mondial selon l’Indice du Développement Humain (IHSI). L’inflation, selon les données de l’IHSI, a atteint en 2016 les 12,5%, augmentant ainsi considérablement le coût des importations dans un pays déjà fortement dépendant de l’aide extérieure. C’est en effet près de 50% du budget et 80% des investissements qui proviennent de l’international tandis que la totalité des hydrocarbures et plus de 65% des denrées alimentaires sont importées malgré le fort potentiel agricole de l’île.

Dans ce contexte difficile, le système de santé en Haïti reste toujours marqué par d’importantes iniquités et de fortes disparités dans l’accès aux soins.

 

 

Votre engagement sauve des vies !