La problématique de la violence sur les enfants est très aiguë au Bénin. Selon les dernières enquêtes disponibles, plus de 91% des enfants de 1 à 14 ans ont subi une forme quelconque de discipline violente dans le pays. Le code des personnes et de la famille qui abrogeait le droit coutumier n’a été adopté qu’en 2004 et les pesanteurs socio-historiques sont encore fortes. L’environnement sécuritaire des enfants est particulièrement fragile dans le département de l’Alibori. Cette zone représente une vulnérabilité particulière liée à une situation humanitaire en progressive détérioration dans les espaces frontaliers du Nord Bénin. La ville de Kandi est le chef-lieu d’un département qui marque de forts mouvements de populations, un taux élevé d’exploitation des enfants et une influence croissante de mouvements radicalisés. La violence domestique la plus forte pour les enfants étant celle du mariage forcé.

Au Bénin, 91% des enfants de 1-14 ans ont subi une forme quelconque de discipline violente et 44% des adultes pensent que le châtiment corporel est nécessaire pour éduquer un enfant.

C’est en zone urbaine que nous agissons essentiellement afin de lancer une dynamique ancrée au niveau des principaux acteurs béninois mais également pour assurer un travail de prévention dans des lieux où une prise en charge des victimes de violences est accessible. Le projet propose un travail qualitatif et privilégie une approche inclusive et compréhensive impliquant tant les enfants que les parents et les communautés. Avec les partenaires présents dans la région, l’action – fondée sur un diagnostic participatif – fait le lien entre les acteurs communautaires et les mécanismes de prévention, de signalement et de prise en charge des violences domestiques existants.

Sensibilisation avec les élèves de l’école Saka à Kandi.

Objectif

Pour faire face à la violence contre les enfants dans le nord du Bénin, Médecins du Monde concentre sa lutte contre les violences domestiques. L’objectif principal du projet est d’offrir aux enfants  un environnement sûr et protecteur.

La prévention et la sensibilisation au niveau communautaire et la prise en charge des victimes sont prioritaires. Afin que les parents, les leaders d’opinion et les enseignants de la commune de Kandi deviennent des acteurs de protection, le projet renforce les compétences en matière de lutte contre les violences domestiques et de connaissance des droits de l’enfant.

Le projet favorise la mise en œuvre et l’application des lois, promeut les normes et les valeurs traditionnelles positives, réduit les pratiques d’éducation brutales, crée des interactions positives entre les parents et les enfants et agit pour renforcer les compétences socio-affectives des enfants, dans les familles à la l’école et dans les communautés. Les services d’alerte, de signalement et de référencement accessibles pour les communautés et pour les enfants sont optimisés. La prise en charge pour les victimes de violences est renforcée, y compris la prise en charge sociale, juridique et psychologique.

Rencontre bimestrielle d’échange et d’expérience de partage de bonnes pratiques entre les 40 familles écoles.

 

Contexte

Au Nord du Bénin, l’Alibori a longtemps été considéré comme un département oublié. Il faut compter 10 heures de route au départ de Cotonou. Poumon économique du pays grâce à la culture du coton, premier produit d’exportation du pays, l’Alibori est situé dans une zone frontière soumise à une forte dégradation sécuritaire. Dans ce contexte de tensions, les facteurs sociaux montrent des indices très faibles en matière de protection et d’éducation. Les infrastructures sont limitées et la pauvreté très élevée.

 

Les autres projets du pays

  • RESPECT des droits à la santé sexuelle et reproductive des adolescent·e·s et des jeunes
  • Améliorer les conditions de vie et de santé des enfants
  • Prévention et prise en charge des grossesses précoces
  • Ville sûre et inclusive pour les filles du marché de Dantokpa et environs
  • Prévention et prise en charge des violences basées sur le genre