Accès aux soins vs rideau de fer

Les affrontements se multiplient à Idomeni et entravent gravement le travail de Médecins du Monde sur le principal point de passage entre la Grèce et la République de Macédoine.

Le symbole est fort, les conséquences désastreuses. A son tour, la Macédoine (FYROM) érige une barrière de fer sur toute la frontière avec la Grèce, filtrant le passage par nationalité. La fermeture partielle des frontières engendre une situation dangereuse pour des milliers de réfugiés sur le chemin de l’exil et exacerbe les tensions. « Plusieurs familles se sont réfugiées dans une de nos tentes abimées par les jets de pierre. Pour la première fois en trois mois d’activité, notre équipe ne peut pas assurer de consultation ce matin, la situation dégénère. Le constat est malheureusement simple, l’accès aux soins est entravé par la fermeture des frontières et met en danger les personnes les plus vulnérables », précise Yago Boter, chef des opérations internationales en déplacement en Grèce.

La politique de tri par nationalité multiplie les tensions sur la frontière. Depuis plus de 10 jours, les réfugiés syriens, irakiens et afghans sont les seuls autorisés à traverser la frontière. Des centaines de personnes sont bloquées et campent face aux barbelés, sans savoir si elles passeront un jour. Les personnes les plus vulnérables sont les enfants et les femmes ; loin de la guerre qu’ils fuient, ils se retrouvent aujourd’hui dans une situation de danger direct. Médecins du Monde dénonce cette situation qui empire le sort des réfugiés qui fuient des crises humanitaires dans leur pays.

La crise des réfugiés est une crise humanitaire de grande ampleur

Le manque de coordination et une réponse floue reflètent une politique occidentale inadaptée et enfermée dans des considérations nationales et individuelles, jouant sur les amalgames erronés.

L’érection de nouveaux rideaux de fer et de murs de béton dessine le tracé des obstacles pour les plus faibles. La politique européenne fait aujourd’hui le jeu des passeurs sur la route des Balkans. Médecins du Monde demande aux autorités compétentes de faire preuve de courage et de conviction auprès de leurs partenaires européens afin de déterminer de concert les contours d’une solution politique solidaire.

Médecins du Monde soigne et témoigne afin qu’un changement pérenne puisse améliorer le quotidien des milliers de familles qui fuient les bombardements et la guerre. Le projet Urgence réfugiés de Médecins du Monde est financé par la Chaîne du bonheur et les dons individuels, indispensables à la poursuite de nos activités.

Contact : Antoine MORATA, responsable communication
Médecins du Monde Suisse
antoine.morata@medecinsdumonde.ch
032 725 36 16 | 078 854 32 65
Site Web : www.medecinsdumonde.ch

Espace Presse

Antoine Morata
responsable communication
+41 (0)32 725 36 16
+41 (0)78 854 32 65
antoine.morata@medecinsdumonde.ch
accéder à l’espace presse