Soigner les blessures qui ne se voient pas

Médecins du Monde effectue du porte-à-porte pour apporter un soutien psychologique à la population

Beirut-Liban-aout-2020

Dans un Liban meurtri par plusieurs décennies d’attentats et de guerres, l’explosion du 4 août a ébranlé la capitale et réveillé chez certains les blessures du passé. Dans le quartier ravagé de Karantina, proche des ruines du port, Médecins du Monde effectue du porte-à-porte pour apporter un soutien psychologique à la population.

 

À Beyrouth, l’explosion du 4 août qui a dévasté une partie de la ville, provoqué la mort de plus de 180 personnes et blessé des milliers d’autres est sans doute le drame de trop, après des décennies de conflits dans le pays du cèdre. Fin août, près de 300’000 personnes étaient toujours sans-abri, leurs maisons ayant été détruites ou endommagées par la déflagration. Dans le quartier de Karantina, longeant le port, la plupart des habitants ont tout perdu. Pour tenter de les aider à surmonter ce traumatisme, l’équipe de Médecins du Monde, constituée d’un travailleur social, de psychologues et d’infirmières, leur propose un soutien psychologique.

Ils parlent et ils vous disent que ça leur permet de se sentir mieux, d’évacuer la colère

Noelle Jouane, psychologue, responsable du programme santé mentale au Liban chez Médecins du Monde

Après l’évaluation des besoins, nous avons rapidement perçu que les gens avaient besoin de parler de ce qu’ils ont vécu. Nous avons notamment délivré des soins de santé mentale plus spécifiques aux familles, car « de nombreux enfants présents lors du drame vivent désormais avec la peur. Certains ont des troubles du sommeil ou font pipi au lit, d’autres craignent d’aller dehors et de croiser des personnes blessées », explique Noelle Jouane, psychologue, responsable du programme santé mentale au Liban chez Médecins du Monde.

Dans un contexte social, économique et sanitaire déjà extrêmement fragile, aggravé par la pandémie de Covid-19, la principale préoccupation de Médecins du Monde est l’impact psychologique de cette tragédie sur la population. Outre l’installation d’une tente médicale dans le quartier de Karantina permettant d’apporter des soins en santé mentale aux personnes dans le besoin, l’équipe de Médecins du Monde est essentiellement allée à la rencontre des familles, en porte-à-porte. Une permanence téléphonique a également été mise en place et la clinique mobile de notre partenaire libanais Amel Association International a circulé dans les zones les plus impactées.

Un soutien dans la durée
Plus d’un mois après l’explosion, la population de Beyrouth reste hébétée, livrée à elle-même face à ce nouveau traumatisme. Par une écoute attentive et un soutien psychologique spécifique, notre équipe reste mobilisée auprès des personnes vulnérables.

Médecins du Monde au Liban

Médecins du Monde est opérationnel au Liban depuis 1990, où il dispose d’une mission de 40 personnes et de nombreux bénévoles. Tous sont sains et saufs et se sont très rapidement concentrés sur l’évaluation des besoins et la détermination de la meilleure réponse possible. Les activités du programme de santé mentale en cours ont été adaptées à l’urgence actuelle.
Médecins du Monde soutient cinq centres de santé et une clinique mobile dans la vallée de la Bekaa, une région qui accueille un grand nombre de réfugiés. Grâce aux équipes sur place, les victimes du conflit syrien ainsi que les Libanais les plus vulnérables peuvent recevoir gratuitement des traitements et des médicaments.

 

“Après l’explosion au port de Beyrouth, l’onde de choc psychologique”

un reportage de France 24 au cœur de Beyrouth

>

Espace Presse

Antoine Morata
responsable communication
+41 (0)32 725 36 16
+41 (0)78 854 32 65
antoine.morata@medecinsdumonde.ch
accéder à l’espace presse