Urgence Gaza

Israël-Palestine : le personnel de santé et les civils ne sont pas des cibles

Médecins du Monde appelle à l’arrêt immédiat des violences et au respect et à la protection des civils et des structures médicales, et lance un appel aux dons pour venir en aide à la population civile en détresse de Gaza.

210514-Gaza-©MdM-Suisse

Un bâtiment en ruine après un bombardement. Photo prise par un membre de l'équipe de Médecins du Monde Suisse. 14 mai 2021, Gaza

La récente flambée des violences dans le Territoire palestinien occupé et en Israël a déjà coûté la vie à de nombreux civils, parmi lesquels des enfants. Au total depuis le 10 mai, selon le ministère de la Santé, 213 Palestiniens ont perdu la vie dans la bande de Gaza, dont 61 enfants. 1442 ont été blessés et plus de 40’000 Gazaouis ont quitté leur logement pour trouver refuge dans des écoles, mosquées et autres bâtiments perçus comme « plus sûrs ». 12 Israéliens, dont 2 enfants ont également perdu la vie suite aux tirs de roquettes. Médecins du Monde appelle la communauté internationale à intervenir afin que les deux parties au conflit respectent le droit international humanitaire et protègent les civils.

 

Not a target – le personnel de santé et les civils ne sont pas des cibles
Deux médecins ont été tués le 17 mai lors d’un bombardement. Le Dr Ayman Abu al-Ouf dirigeait le département de médecine interne à l’hôpital de Shifa et était membre du comité de gestion du covid-19 de l’hôpital. Sa femme, ses deux enfants et trois membres de sa famille ont également perdu la vie. Le Dr Moen al-Aoul travaillait comme psychiatre pour le ministère de la Santé avant de prendre sa retraite. Médecins du Monde condamne la mort de ces deux médecins et de leurs familles, ainsi que les attaques ciblées des établissements de santé.

L’OMS a recensé 95 attaques contre les structures et le personnel de soin dans l’ensemble du Territoire palestinien occupé depuis le début du ramadan (73 en Cisjordanie et 22 dans la bande de Gaza) : personnel de santé frappé et arrêté, ambulances endommagées, destruction totale ou partielle de structures de soins touchées par des frappes sur la bande de Gaza.

Selon le droit international humanitaire, les attaques délibérées contre le personnel et les structures médicales comme les hôpitaux, constituent un crime de guerre.

“Nos équipes sur place à Jérusalem Est, en Cisjordanie et à Gaza vivent les violences et les bombardements au quotidien. Chaque jour, chaque moment, la même question : est-ce qu’on va survivre jusqu’ à demain ? Néanmoins, tout est mis en oeuvre pour continuer à venir en aide aux personnes qui ont survécu et qui sont touchées par les effets traumatiques du conflit “, explique Korina Kanistra, coordinatrice générale de Médecins du Monde Suisse en Palestine

 

 

Assistance psychologique
Médecins du Monde travaille sans relâche en Palestine – tant à Gaza qu’en Cisjordanie – depuis de nombreuses années. Nos équipes fournissent un soutien psychosocial essentiel aux communautés, soutiennent les centres de santé et les hôpitaux et appuient les autorités dans la réponse à la pandémie de Covid-19. Médecins du Monde Suisse travaille depuis deux ans avec l’organisation locale SAWA, qui gère une ligne d’assistance téléphonique gratuite proposant un soutien en cas de détresse psychologique. Les demandes ont augmenté très fortement depuis une dizaine de jour.

Les mots de détresse d’une jeune fille de 17 ans, lors de son appel téléphonique à la ligne d’assistance gratuite Sawa :
” Je suis dans ma dernière année de lycée, j’ai peur. Mon âme est fatiguée, j’ai peur de tout ce qui m’entoure. Je suis assise dans mon salon ; à tout moment, une bombe peut me frapper. J’ai peur de mon futur. J’ai besoin de votre aide. Dites-moi que je vais vivre et obtenir mon diplôme. “