Une prise en charge totale

La Maison du Soleil à Cotonou est un lieu de prise en charge holistique de filles qui ont un enfant ou vivent une grossesse non désirés. Référencées par la police des mineurs, les bénéficiaires sont reconnues comme des filles à risque ou victimes de violence. Ce lieu pilote est le deuxième centre reconnu officiellement comme Centre d’Accueil et de Protection de l’Enfant par l’Etat béninois. Grâce à l’appui de Médecins du Monde Suisse, 20 filles et leurs bébés ainsi que 180 jeunes filles victimes de violences sont prises en charge par année. 120 familles bénéficient des prestations proposées par la Maison du Soleil.

La violence subie par ces filles n’est pas seulement physique, elle est aussi économique et psychologique.

Elena Melani, coordinatrice de projet

Les activités de la Maison du Soleil contribuent à l’amélioration de la santé de cette population particulièrement vulnérable en leur offrant un lieu d’accueil et de prise en charge adapté et multidisciplinaire. Le suivi global, à la fois social, éducatif, psychologique, médical et juridique, agit sur trois déterminants de la santé : la protection, la prévention et la réintégration. Les activités mises en place par Médecins du Monde Suisse offrent aux filles des connaissances accrues sur les violences à leur encontre et sur le processus de secours pour demander de l’aide. Pour garantir la qualité du service, le nombre de filles accueillies est restreint : environ dix filles avec leurs bébés ont accès à la Maison. Leur séjour varie entre six et dix mois, en fonction de leur situation familiale et judiciaire.

Violences et précarités

Le suivi multidisciplinaire des jeunes filles à Maison du Soleil représente le cœur de notre réponse dans le contexte béninois. En effet, malgré l’existence de lois et d’une prise de conscience du caractère inacceptable des violences basées sur le genre, 69% des femmes béninoises disent avoir subi au moins une fois dans leur vie une violence et la plupart des auteurs de ces délits ne sont pas punis.

La situation extrêmement précaire des filles des quartiers-bidonvilles à Cotonou, la forte demande des bénéficiaires, la non-application de la loi et l’absence totale sur le territoire national d’un centre spécifique pour ces jeunes filles sont autant d’éléments qui nécessitent un engagement quotidien pour une prise en charge globale des victimes de violence et la promotion de leur santé.

Au Bénin, le phénomène de grossesses précoces et la fécondité des adolescentes est élevée: 17 % de femmes de 15-19 ans ont déjà commencé leur vie féconde, 13 % sont déjà mères et 3% sont actuellement enceintes pour la première fois. La fécondité précoce est dix fois plus élevée parmi les jeunes filles non instruites (32%) que parmi les jeunes filles ayant un niveau secondaire de second cycle ou plus (3%). Le mariage des enfants (avant l’âge de 18 ans) est en étroite relation avec la grossesse chez les adolescentes.

Votre engagement sauve des vies !

Les autres projets du pays

  • Anticiper l'urgence
  • Avec les enfants dans le marché de Dantokpa
  • Prise en charge des violences basées sur le genre