EN BREF

Présente au Bénin depuis 2008, Médecins du Monde Suisse s’engage à diminuer le taux de mortalité et de morbidité maternelle et infanto-juvénile et à améliorer la qualité de vie des personnes drépanocytaires. Les activités sensibilisent la population à cette maladie à travers une prise en charge simple. Le projet contribue à former des personnels de santé à la prise en charge spécifique des malades drépanocytaires.

Depuis 1993, la prise en charge des malades drépanocytaires à Cotonou a démontré qu’il est possible de faire reculer le taux de mortalité maternelle lié à cette maladie. Depuis 2010, Médecins du Monde Suisse participe activement à créer un accès aux soins dans les zones plus reculées par la création d’antennes départementales, en partenariat avec le Centre de Prise en charge Médical Intégré du Nourrisson et de la Femme Enceinte atteints de Drépanocytose.

La drépanocytose est une  maladie du sang, héréditaire et non contagieuse. Au Bénin, la prévalence de la maladie se situe entre 23 et 25%. Le taux de morbidité et de mortalité reste très élevé: 80% des enfants atteints décèdent avant l’âge de 5 ans. L’engagement de Médecins du Monde Suisse participe à la diminution du nombre de décès de femmes et de nourrissons.

LE PROJET

Projet réalisé avec le soutien de : Latitude 21, Medicor, Fondation Symphasis, Canton de Genève, DDC
Projet réalisé en partenariat avec : CPMI au Bénin

A Parakou, le projet de Médecins du Monde Suisse cible près de 130’000 femmes et leurs enfants.

Médecins du Monde Suisse poursuit ses efforts et met en place une seconde antenne départementale dans l’hôpital universitaire du nord du Bénin, dans le district de Parakou. L’impact majeur du projet est l’amélioration des conditions de vie des femmes enceintes et des nourrissons atteints de drépanocytose, mais également de leurs familles. Outre l’amélioration de leur état de santé, les personnes atteintes de drépanocytose bénéficient d’une réduction de la stigmatisation sociale dont ils font l’objet, grâce aux campagnes de sensibilisation et d’information mises en place par le projet.

PWH2370_web

Le travail de sensibilisation propose des tests de dépistage pour les couples qui souhaitent avoir des enfants ce qui permet de limiter le taux de transmission de la drépanocytose. L’essentiel de la prise en charge repose sur une consultation initiale avec les parents, des consultations pour les femmes enceintes, les nouveau-nés et les enfants.

L’Antenne d’Abomey, un accès aux soins durable pour les femmes et les nouveau-nés

Depuis le 4 novembre 2010, la ville d’Abomey, dans les départements du Zou et des Collines, accueille la première antenne départementale du Centre de Prise en charge Médical Intégré du Nourrisson et de la Femme Enceinte atteints de Drépanocytose (CPMI-NFED). Courant 2012, Médecins du Monde Suisse a remis ce projet avec succès aux autorités sanitaires locales. Aujourd’hui, la pérennisation du centre est garantie.

Le CPMI-NFED est la première unité autonome spécialisée en termes de recherche médicale, de formation et de prise en charge du nourrisson et de la femme enceinte atteints de drépanocytose. Depuis l’an 2000, l’unité est le centre national de référence du Programme National de Lutte contre la Drépanocytose.

EN SAVOIR PLUS

Le Professeur Cherif Rahimy fondait en 1993 la première unité de recherche, de dépistage et de prise en charge intégrée des femmes enceintes et des nourrissons atteints de drépanocytose au Bénin : le Centre de Prise en charge Médical Intégré du Nourrisson et de la Femme Enceinte atteints de Drépanocytose (CPMI – NFED) à Cotonou. L’approche développée par le Pr Rahimy constitue une perspective nouvelle dans le traitement de la drépanocytose. En effet, la prise en charge est orientée vers une guidance familiale ou parentale. Tous les enfants drépanocytaires diagnostiqués à la naissance ou dans les premiers mois, ainsi que leur famille, sont inclus dans une cohorte qui compte actuellement plus de 2000 familles drépanocytaires. En appliquant un programme simple comprenant les vaccinations de base, une prophylaxie antibiotique et antipaludéenne au long cours associé à un enseignement spécialisé aux parents, le Pr Rahimy a démontré qu’il était possible de faire reculer le taux de mortalité maternelle lié à la drépanocytose.

PWH2279_web

L’essentiel de la prise en charge repose sur une consultation initiale avec les parents, des consultations pour les femmes enceintes, les nouveau-nés et les enfants, qui favorisent la prévention des complications.

La drépanocytose

La drépanocytose se dévoile dans le sang par les globules rouges qui s’agrègent et se déforment dans certaines situations comme le manque d’oxygène, le froid, la fièvre, le stress et les infections bactériennes. Plus spécifiquement, les globules rouges, qui deviennent anormalement difformes, bouchent les petits vaisseaux sanguins, bloquent la circulation normale du sang vers les organes vitaux et occasionnent des douleurs intenses. Traitées trop tardivement, les conséquences de ces crises peuvent entrainer des séquelles permanentes, tout en réduisant l’espérance de vie des populations atteintes, surtout chez les enfants de 0 à 5 ans. Les personnes drépanocytaires doivent faire face à cette affection héréditaire qui détériore leur qualité de vie et qui les expose à un lourd fardeau social.

projet suivant Fièvre hémorragique de Lassa